Juin – Juillet 2015 : Ludivine et Solène

En Juin – Juillet 6 janvier 2015, Ludivine et Solène ont effectué leur stage dans le cadre de la mission ‘Humacité’ du Groupe Sup de Co la Rochelle. Ludivine et Solène nous a apporté un petit rapport de leur experience au centre de Takos.

Takos. Juin – Juillet 2015.

Le tuk-tuk déambule entre les temples d’Angkor, longeant un lac immense où les amoureux se recueillent, une troupe de singes qui a attiré l’attention de quelques touristes, et des petites maisons en bois d’où des enfants sortent en furie pour nous saluer de la main et nous crier fièrement « helloooooo ». Une fois arrivée à Takos, nous sortons du tuk-tuk, et, comme tous les matins, après avoir salué le gardien, nous allons préparer nos cours. Ludivine écrit quelques exercices et rappels sur le premier tableau, tandis que je fais de même sur le tableau du fond. Les élèves arrivent en courant, juste après leur cours, et nous saluent toujours d’un sourire chaleureux : « Hello teacher Lulu ! Hello teacher Solène ! ». Ils se précipitent ensuite vers la pièce du fond pour s’approprier les sièges avec un dossier rembourré, qui font l’objet de leur convoitise. Les cours commencent toujours par des révisions de la veille, Ludivine avec les plus jeunes, moi avec les plus vieux. A chaque question, les regards se font fuyant, lorsqu’un élève est interrogé, les autres s’appliquent à lui souffler les réponses en pensant que nous ne voyons rien. Au bout d’une heure et demie, la concentration des petits se dissipe et la séance se termine en jeu. Les rires fusent, les enfants courent partout, les sourires sont tirés jusqu’au oreille. Pour les grands, quant à eux, hors de question de s’amuser, ils ont soif d’apprendre et veulent travailler tout au long de la séance ! Cours d’ordinateur, cours de français basique, cours d’anglais… tous les sujets les intéressent et ils appliquent à chaque leçon une concentration et attention exemplaires, que jamais nous ne pourrons voir chez des élèves européens ! Même si la prononciation du français pose quelques problèmes, leurs progrès sont considérables, et au bout de quelques semaines, ils connaissent les bases de notre langue et sont capables de tenir une conversation simple concernant le temps, les humeurs, et la présentation de soi. De même pour les petits, bien que moins rigoureux que les plus vieux, ils ont énormément progressé en ces deux mois, connaissant maintenant notre alphabet, les phrases de bases en anglais, et quelques mots de la vie de tous les jours. Nous nous sommes habitués à ce quotidien, et attachés à ces enfants taquins mais tellement adorables… Et lorsque vient notre dernière séance et le temps des au-revoir, notre cœur est serré et nous sommes bien mélancoliques. Une chose est sûre, les enfants ont autant appris de nous que nous avons appris d’eux, et ces quelques mois de vie cambodgienne resteront à jamais gravés dans nos cœurs.

Ludivine Bourgeois & Solène Plancqueel

>>> retour haut page
>>> retour page Education
>>> accueil